Pâques 2017

« Voici que je vais faire une chose nouvelle,

déjà elle pointe, ne la reconnaissez-vous pas? »

(Isaïe  43,19)

Pâques 2017

 

Chers Confrères,

Le chemin de Carême que nous venons de parcourir à la lumière de la Parole de Dieu et du discernement nécessaire pour un changement de route et de mentalité, nous amène, cette année également, à célébrer la Résurrection de Jésus dans la joie. Victorieux de la mort, Jésus a en effet redonné au monde l’espérance que tout peut se renouveler et s’améliorer, pourvu que notre vie soit chevillée à la sienne.

De tout cœur j’espère que le chemin de Carême fut pour tous l’occasion de vérifier sur quelles bases nous avons construit ou sommes en train de construire notre vie religieuse, communautaire et apostolique. Le Pape François en propose trois à notre attention : la mémoire, la foi et l’amour miséricordieux. À nous d’en faire notre profit.

  1. La mémoire : au cours de ce temps fort de l’esprit, vécu dans un climat marqué par la prière, le silence et l’écoute de la Parole, nous avons sans aucun doute à plusieurs reprises été invités à demander la grâce de retrouver le souvenir de ce que le Seigneur a accompli en nous et pour nous depuis la dernière célébration pascale,- ceci afin de ne pas oublier note véritable identité de religieux ni le sens de la mission à laquelle nous sommes appelées dans l’Église et dans le monde. Ce don de la mémoire avait également le but de nous aider à regarder en direction de l’avenir avec davantage de sérénité, pleinement conscients que Dieu ne nous abandonne jamais seuls, car il chemine toujours à notre côté.
  1. La foi : comme le dit également le Pape François, il y a toujours le danger d’atténuer la lumière de la foi : il y a la tentation de la réduire à une affaire du passé, à quelque chose d’important mais appartenant à d’autres temps, comme si la foi était une affaire déjà pleinement acquise et un beau livre de miniatures à conserver dans un musée. Mais si la foi demeure enfermée dans les archives de l’histoire, elle perd sa force transformatrice, sa vive beauté, son ouverture positive envers tous. Car la foi naît et renaît de la rencontre vivifiante avec Jésus, de l’expérience de sa miséricorde, laquelle jette une lumière sur toutes les situations de la vie.
  1. L’amour miséricordieux. L’amour concret est la carte de visite du chrétien. À partir de là tous sauront que nous sommes ses disciples : si nous avons de l’amour les uns pour les autres… Dieu en effet habite là où l’on aime, en particulier là où, avec courage et compassion, on prend soin des faibles et des pauvres (cf. A.Tornielli, Francesco in viaggio, Ed. Piemme, pages 279-280 passim).

Ces trois “bases” ne sont absolument pas étrangères à notre spiritualité, à notre cheminement religieux et communautaire, à notre charisme.

Dans son apparition, la Belle Dame nous rappelle en effet que c’est depuis longtemps qu’elle pense à nous et souffre pour nous, que Dieu ne nous a jamais oubliés et que sa grande joie consiste à pouvoir nous embrasser de nouveau, dans une étreinte de pardon, de miséricorde et de réconciliation.

Elle nous rappelle également que notre foi ne doit pas se limiter à être simplement occasionnelle ou se réduire à quelques actes d’ordre formel ou répétitif, même si ceux-ci ont leur importance. Elle doit devenir chair de notre chair et aboutir à une manière de penser et de vivre transparente, cohérente et compréhensible par tous.

La lecture des “signes des temps” est enfin un appel à porter  notre regarde attentif et aimant sur tant de situations de gêne, de difficulté, d’émargination, de solitude existant autour de nous et parfois présentes également à l’intérieur de nos communautés. Nous sommes appelés à leur témoigner notre proximité, leur offrant la contribution précieuse et désintéressée de notre service fraternel.

Puisse la Pâque de cette année être une occasion propice au renouvellement et à l’approfondissement de nous-mêmes pour commencer, repensant et réformant notre rapport avec Dieu et avec les autres, en particulier celui concernant la vie fraternelle en communauté et notre application au ministère en tant que missionnaires de la réconciliation.

Les décisions adoptées par le CdC tenu à Bengaluru (Inde) du 6 au 26 février dernier montrent que celui-ci fut caractérisé par un renouvellement de la prise de conscience missionnaire de la part de notre Congrégation avec la prochaine ouverture d’une communauté salettine au diocèse de Pemba (Mozambique), la relance de la mission à Haïti et du mouvement de Laïcs Salettins, ainsi qu’avec l’érection du District du Myanmar.

Le temps passé en terre indienne fut vécu comme une grâce particulière, que le Seigneur et la Vierge de La Salette ont voulu réserver en premier lieu à chacun des participants et, à travers eux, à toute la Congrégation.

Le thème de l’année, tiré de Is. 43,19, et qui a été proposé à l’attention de la Congrégation nous aide à saisir avec gratitude et reconnaissance les signes de nouveauté, de vitalité et d’espérance issus du CdC de l’inde et qui caractérisent   l’aujourd’hui de la Congrégation.

Je prie afin que l’appel à prendre le large, à oser de nouveaux horizons, mette dans le cœur de chacun de nous un désir renouvelé ainsi qu’un profond enthousiasme intime en vue de dépenser ses énergies pour la cause de l’Évangile dans le monde d’aujourd’hui, sans s’épargner, sans peur aucune mais en vérité avec le même mordant et la même détermination que ceux qui accompagnèrent l’élan missionnaire de nos premiers confrères.

D’autre part le CdC offrit l’occasion de convoquer officiellement le prochain Chapitre Général, lequel aura lieu en Argentine au printemps 2018, et de mettre en route sa préparation, avec la participation de la Congrégation tout entière. En vue de ce but a été défini le thème qui servira de “fil rouge” pour ce cheminement personnel et communautaire de prière, de réflexion et de recherche :

“Dans la grâce de la Salette, prophètes pour un monde réconcilié

Cette devise met en évidence trois éléments, que je vous invite à avoir bien présents dans vos esprits durant cette année dans le travail personnel, les réunions de communauté et le ministère :

+ l’Apparition de La Salette avec son message est une grâce et une richesse non seulement pour nous, mais pour toute l’Église ;

+ cette grâce nous a été accordée afin que nous la mettions au service du monde d’aujourd’hui, lequel a plus que jamais besoin de pardon et de réconciliation ;

+ nous, Missionnaires de la Salette, appelés à être des annonciateurs et des ministres crédibles de cette grâce, nous devons à notre tour devenir d’infatigables faiseurs de “ponts”, lesquels permettront aux hommes de se rencontrer, de dialoguer et de se réconcilier entre eux et avec Dieu.

Pâques est la fête d’une espérance qui fait irruption dans l’histoire personnelle de chacun et du monde, une histoire marquée par le péché et la fragilité. Pâques offre une fois de plus une occasion de renaître à la vie nouvelle.

Puissent mes vœux ainsi que ceux du Conseil Général rejoindre chacun de vous, chers confrères, où que vous vous trouviez : jeunes en formation, malades et anciens de nos communautés ! Puissent-ils atteindre les Soeurs de La Salette, nos amis et bienfaiteurs, comme aussi les nombreux Laïcs salettins qui, touchés comme nous par la grâce de l’Apparition, désirent nous accompagner dans la mission difficile mais également enthousiasmante de l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus ressuscité !

Que la Belle Dame de La Salette, notre Mère et notre Patronne, continue à protéger et à guider sur la voie de la fidélité évangélique et charismatique tous et chacun d’entre nous !

Bonnes et Saintes Pâques !

Fraternellement vôtre,

P. Silvano Marisa MS

Supérieur Général

 

 

Nouvelles de Rome

+ Samedi 11 mars tôt le matin le P. Adilson est rentré à Rome, de retour d’une visite d’une dizaine de jours à la communauté salettine du Myanmar. Elle avait pour but la préparation de la première réunion “ad instar Capituli”, qui y aura lieu à Mandalay du 8 au 12 mai prochain. La réunion en question aura pour tâche principale élire le Conseil de la nouvelle Région, puis discuter les nouveaux Statuts et les approuver, puis finalement préciser les lignes directrices concernant la mission de la communauté pour le proche avenir.

+ Au cours de la matinée du 24 mars, la communauté religieuse de la Paroisse s’est unie à celle de la Maison Généralice pour une première réunion commune, laquelle sera suivi régulièrement de réunions à un rythme bimestriel.

+ Comme annoncé au cours du CdC ( Inde 2017), du 20 au 23 mars s’est tenue dans notre Maison Généralice la première rencontre de l’Équipe coordinatrice des Laïcs salettins, sous la présidence de Mr Mario Apone, le nouveau Coordinateur international. Étaient présents les PP. Adilson et Silvano. Seulement quatre Provinces et une Région étaient représentées : l’Argentine, le Brésil, l’Inde, l’Italie et les USA. Pour les représentants des autres Provinces (Angola, Philippines, France, Madagascar, Pologne) sera organisée une autre rencontre, du 13 au 16 novembre 2017, également à Rome.

+ Le Conseil économique de la Congrégation (CeC), dans sa réunion annuelle qui s’est tenue à la Maison Généralice du 27 au 30 mars, a examiné les comptes du Conseil Général ainsi que ceux de toutes les Provinces. Durant quelques moments a également participé à cette rencontre le Dr Corrado La Rosa. Ce dernier est l’avocat du Conseil Général en ce qui concerne le nouveau contrat à conclure entre la Congrégation et la Commune de Rome au sujet de la location de l’ex scolasticat.

+ Samedi 1er avril, le P. Adilson a commencé, avec la communauté de Naples, la visite canonique de la Province d’Italie. Elle durera jusqu’au 26 et sera la dernière de l’actuelle Administration Générale.

+ Les jeunes Sœurs de La Salette qui se préparent à participer à la PPP 2017, ont passé quatre jours pleins à Rome, hôtes de la Maison Généralice. Elles étaient accompagnées par l’actuelle Directrice de l’hôtellerie du Sanctuaire (France), Sr Marie-France, responsable également du programme suivi par les Sœurs en guise de préparation à la PPP. Sans aucun doute, le séjour romain leur a permis de découvrir et d‘apprécier la richesse historique, religieuse et culturelle de la ville éternelle, et encore plus de respirer et de toucher de leurs mains le visage universel de l’Église.

+ S O S :  on demande aux Supérieurs Provinciaux, s’ils ne l’ont pas encore fait, de confirmer les noms et les-mails de ceux qui sont sensés de participer à la PPP 2017 et de les communiquer, le plus tôt possible, au Secrétaire  Général.

Aller au haut