Conseill de Congrégation 2017- Bangalore

Bangalore, le 13 février 2017 Après un week-end de sortie en visite du pays, je prends la plume (électronique) pour vous donner quelques nouvelles de nos activités. D’abord, cette sortie : préparée par le P. Roy et confrères, elle était de grande qualité et très intéressante : le circuit en voiture dans la circulation de Bangalore vaut son pesant d’expérience. Paris, ou davantage encore Rome, ne sont rien en comparaison. Il y a 11 millions d’habitants dans cette ville et on a l’impression qu’ils sont tous sur les routes en même temps, conduite à gauche et avec des rapports codés spéciaux entre les automobilistes, qui ne « s’engueulent » pas, dans une chorégraphie époustouflante.

Nous avons été visiter un temple très important de dévotion à la déesse Krysna, puis un arbre qui fait plusieurs hectares parce que ses branches poussent des racines tout le temps, l'arbre Banyan. Et aussi l’église Notre Dame de la Santé, et un Ashram immense, et l’immense parc d’animaux sauvages (les cobras trop nourris faisaient la sieste !), Et ce dimanche soir, les Laïcs Salettins nous avaient réservé un spectacle de danses indiennes de toute beauté, en commençant par les enfants, et les jeunes danseurs ensuite. Bref, la tête bien distraite ce week-end devrait nous faire poursuivre le chantier du Conseil de Congrégation. Les choses sérieuses : Le rapport du P. Général : Silvano a fait une présentation de ce que le conseil a réalisé. Impossible d’être exhaustif dans cette lettre. En résumé, il a donné une liste qui va des visites canoniques jusqu’au sanctuaire, en passant par les missions récemment ouvertes, la communication dans la congrégation, la bibliothèque virtuelle, les questions d’actualité à inscrire dans la formation initiale et permanente…

Mais il a aussi évoqué un point d’attention qu’il a constaté dans ses visites canoniques : le ministère presbytéral aurait parfois tendance à négliger la vie communautaire. La communauté est pourtant le lieu où nous apprenons à vivre ensemble, à partager et relire ce que nous faisons, à le porter ensemble dans la prière, à être confirmé dans la mission… Ce n’est pas facultatif chez les MS. A travailler ! Les provinciaux ont donné tour à tour des nouvelles un peu circonstanciées des moments significatifs qui ont marqué la vie de nos provinces depuis novembre 2015, le CdeC de Luanda. Cette première partie nous emmenait jusqu’à jeudi 9 à midi. Nous avons enchainé, jeudi après-midi sur la mise à jour du document de référence pour notre formation initiale et permanente. Ce travail nous est demandé par la congrégation des religieux. Il s’agit pour nous d’intégrer des points importants, comme la prise en compte de la culture des nouvelles générations : la culture des réseaux sociaux, les formations longues et parfois professionnelles des candidats qui se présentent, le besoin de bases catéchétiques avant d’entrer en « formation initiale », car beaucoup ont de l’enthousiasme spirituel mais peu de bases solides.

Ce travail doit prendre en compte aussi la discipline de l’Eglise concernant les problèmes de pédophilie, mais aussi bien des fragilités liées au contexte du monde d’aujourd’hui. Il ne s’agit pas de tout réinventer ce qui a été bien travaillé déjà, mais d’intégrer les nouvelles problématiques et de réorganiser l’ensemble pour qu’il soit cohérent. Les journées sont bien occupées, avec la petite pause du début après-midi qui permet de ne pas perdre complètement les contacts, parce que le courrier, lui, continue à arriver dans la boite des mails. Je ne regrette pas de m’être abonné à La Croix numérique que je récupère sans problème ici. Je vous imagine dans l’hiver et les routes difficiles. J’espère que tout va pour le mieux pour tous.  Bien fraternelle amitié à vous et à tous les confrères, Louis

Aller au haut