En quoi l’Enseignement social de l’Église consiste-t-il?

 

En quoi l’Enseignement social de l’Église consiste-t-il ?

La doctrine sociale de l'Église (DSE)

L’Église, lorsqu’elle affronte ce terrain, est consciente de ses limites à elle. Elle ne prétend pas être en mesure de fournir des solutions à tous les problèmes que le monde doit affronter, d’autant plus qu’entre les divers pays il y a de grandes différences dans le degré de développement , et que les situations dans lesquelles des chrétiens engagés se trouvent sont extrêmement diverses. Cependant l’Église peut et doit présenter, « à la lumière de l’Évangile », les principes et les lignes directrices nécessaires à l’organisation de la protection de la dignité humaine et du bien commun.

Il faut toujours distinguer entre l’Enseignement social officiel de l’Église et les vues des diverses écoles qui traitent des explications systématiques, du développement et de l’organisation de la doctrine sociale contenue dans les documents des papes. Voici les éléments essentiels définissant et décrivant la nature de  la DSE :

- La DSE est né de la rencontre entre l’Évangile avec les problèmes spécifiques qui se posent dans la société.

- Les problèmes dont traite la DSE proviennent de la réflexion morale sur des recherches, mais ils proviennent également de l’expérience quotidienne de la communauté chrétienne et des diverses manifestations de pauvreté. Il y a aussi les problèmes liés à la société industrielle.

Pour comprendre l’évolution de la DSE, il faut nécessairement se rapporter à la théologie et à la philosophie qui forment sa base, comme aussi aux sciences humaines et sociales.

La DSE a sa propre identité, avec un profil théologique particulier.

            Les sources théologiques de la DSE sont l’Écriture, l’enseignement des Pères et des théologiens de l’Église, et le Magistère.

Son sujet fondamental et premier est la dignité de la personne humaine, avec ses droits inaliénables, qui constituent l’essence de « la vérité sur l’homme ». Son objet est la communauté chrétienne entière, en union avec ses pasteurs légitimes et sous leur conduite. Les laïcs, avec leur propre expérience du christianisme, sont les véritables collaborateurs des pasteurs.

Le contentu de la DSE comprend l’étude de la personne humaine comme individu et comme membre de la société. Il s’agit donc de l’homme intégral, en tant qu’entité spécifique et réalité fondamentale de l’anthropologie chrétienne.

Le but de la DSE est le ministère pastoral pour le bien du monde, visant à favoriser un développement humain intégral au moyen de la pratique de la libération chrétienne dans la perspective de la vie tant présente que dans le monde à venir.

Il ne s’agit pas simplement de « science pure », mais de science à la fois théorique et pratique, avec une orientation pastorale, en accord avec la mission évangélisatrice de l’Église au service de la personne intégrale, de chaque être humain et de l’humanité en général.

Au long des âges et en toute situation, l’Église ne cesse de se charger de ce ministère, remplissant ainsi dans la société un rôle triple :

- elle proclame la vérité au sujet de la dignité de l’être humain et de ses droits,

- elle démasque l’injustice ; et

- elle contribue à un changement positif dans la société, ainsi qu’au véritable progrès humain.

LES TROIS DIMENSIONS DE LA DSE

            Dans la DSE on peut distinguer trois dimensions : théorie, histoire et pratique. Pour commencer, il y a d’abord et surtout la dimension théorique, car le magistère de l’Église a formulé sa doctrine sociale directement dans beaucoup de documents, et cela d’une façon organique et systématique. L’Église indique ainsi un chemin qui mène à l’établissement de relations entre les gens, fondées sur des principes universels, acceptables par tous.

            Nous présentons ici des directives éthiques durables, et nous nous occupons moins des vues qui changent avec le temps, ni de « ce qui concerne le développement socio-économique, parce qu’en cette matière [le magistère] n’est pas compétent et il n’a pas la vocation de s’en occuper ».

La doctrine sociale de l’Église a également une " dimension historique", car l’application des principes immuables est réalisée dans le contexte d’une vision particulière de la société et s’inspire d’une réflexions portant sur ses problèmes actuels.

            Finalement, il y a la " dimension pratique", car l’enseignement social ne se limite pas à la proclamation des principes fondamentaux ni à l’interprétation historique de phénomènes sociaux spécifiques, mais il suggère également l’application effective de ces principes en pratique, les appliquant dans la mesure du possible aux situations concrètes et autant que les circonstances le demandent.

            LA MÉTHODOLOGIE DE L’ENSEIGNEMENT SOCIAL

            La méthodologie comprend trois phases : voir, juger, agir.

Voir, c’est identifier les problèmes et les creuser ensemble avec leurs causes, dont l’analyse, toutefois, appartient à proprement parler aux sciences humaines et sociales.

Juger, c’est interpréter cette réalité à la lumière des méthodes des sciences sociales propres à évaluer des phénomènes d’ordre social et leurs implications éthiques.

Agir, c’est viser les choix faits. Agir exige une conversion véritable, c’est-à-dire la transformation intérieure qui permet à une personne de bénéficier de la lumière purificatrice de Dieu, d’être ouverte à ses directives et être prête à les mettre en oeuvre.

LA MÉTHODE DE DISCERNEMENT

L’Église n’a pas pour but de procéder à une analyse scientifique de la réalité sociale. Le discernement chrétien – compris comme poursuite de la vérité et évaluation de l’exactitude des jugements – nous permet d’explorer les causes essentielles des maux sociaux, en particulier de l’injustice, et en même temps bénéficie d’une mise en oeuvre éprouvée, mais non pas idéologique, des sciences humaines. Le but poursuivi est la formulation d’une évaluation objective de la réalité sociale à la lumière de principes permanents, ainsi que l’énonciation de solutions spécifiques, adaptées – possibles et disponibles vu les circonstances - , supprimer les injustices et promouvoir les changements politiques, économiques et culturels nécessaires.

L’ÉVOLUTION DE L’ENSEIGNEMENT SOCIAL

La doctrine sociale de l’Église, étant donné son rôle de pont entre l’Évangile et la réalité concrète de l’homme et de la société, doit être constamment mise à jour et adaptée aux situations nouvelles apparaissant dans le monde.

Voire Le texte Compendium de la DSE

 

Aller au haut