P. René Butler MS - 17e dimanche ordinaire - Partagez la richesse

Partagez la richesse

(17e dimanche ordinaire : 1 Rois 3, 5-12 ; Romains 8, 28-30 ; Matthieu 13, 44-52)

Quand nous disons que nous aimons quelque chose—un mets préféré, le sport ou la musique—c'est une simple façon de dire que nous y prenons un plaisir particulier.

Ce n'est pas exactement le sens lorsque, dans le psaume d'aujourd'hui, nous disons au Seigneur : « J’aime tes volontés, plus que l’or le plus précieux ». Quelle est la différence ? La réponse se trouve dans le possessif ‘tes’. Le psalmiste n'est pas un juriste qui aime résoudre toutes les subtilités (et trouver les failles) de la loi. Le contexte est ici sa prière, adressée au Dieu qu'il aime.

Dans l'Évangile, les deux premières paraboles cherchent à démontrer que le royaume des cieux est de si grande valeur, qu'il faut être prêt à vendre tout ce que l'on possède pour l’obtenir.

Il y a, tout de même, une différence importante entre le trésor caché dans le champ et le royaume des cieux. Dans le premier cas, la personne qui trouve le trésor, nous le supposons, le garde pour elle-même, ou s’en sert pour s'enrichir davantage.

Mais dans le cas du royaume, celui qui l'a trouvé et l'aime est porté à le partager.

La Bible est un véritable trésor que Dieu nous a donné. Est-ce que nous l'apprécions ? Elle nous fournit une richesse de Sagesse, de Savoir, de Commandements et de Préceptes qui nous guident sagement. Les aimons-nous ? Et en plus de tout cela, nous avons les sacrements. Aimons-nous ces perles de grande valeur, détenues par la communauté des croyants ?

Ces réflexions hebdomadaires sont dédiées à ceux qui aiment la Salette. Encore ici, il s’agit tout d’abord de notre amour pour une certaine Belle Dame, qui se nomme Celle qui pleure, et qui est venue nous rappeler les trésors que le Seigneur a mis à notre disposition.

Dans le texte complet de l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus demande : « Avez-vous compris tout cela ? » Ne serait-il pas merveilleux si, comme ses disciples, nous pouvions répondre : "Oui" ? Pas besoin d'être théologiens ou spécialistes des Écritures. Le psalmiste nous le rappelle : « Déchiffrer ta parole illumine, et les simples comprennent ».

Ainsi que pour le royaume des cieux, la Salette n'est pas quelque chose à sauvegarder pour nous seuls. Nous avons reçu la charge de faire passer le message à tout son peuple.

Traduction : P. Paul Belhumeur, M.S.

Aller au haut