Sanctuaires les plus visités

P. René Butler MS - 22e dimanche ordinaire - Prière humble

Prière humble

(22e dimanche ordinaire : Ben Sira 3, 17-29 ; Hébreux 12, 18-24 ; Luc 14, 1, 7-14)

Dans la première lecture d'aujourd'hui, nous entendons : « Mon fils, accomplis toute chose dans l’humilité ». Dans l'évangile, Jésus dit : « Qui s’abaisse sera élevé ».

À La Salette, la Belle Dame demanda : « Faites-vous bien votre prière, mes enfants ? »

A première vue, ce lien entre La Salette et les lectures pourrait nous surprendre. Mais si vous y pensez, qu'est-ce que la prière qui ne provient pas d'un cœur humble ? Est-ce qu’il y a une autre façon de s'approcher de Dieu ? Nous ne sommes pas le créateur mais la créature. Si nous sommes doués de talents, ou jouissons de certains privilèges dans notre communauté, alors il est d’autant plus nécessaire de nous humilier d’avantage, comme le dit le livre de Ben Sira.

« Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place », a dit Jésus aux convives à la maison d’un chef des pharisiens. Cet avis s'applique d’autant plus à la prière. Quand nous venons dans la présence de Dieu, toute comparaison que nous puissions faire entre nous-mêmes et les autres est pure vanité. (Souvenez-vous de la parabole du pharisien et du publicain, c’est-à-dire un collecteur d'impôts ! Nous y reviendrons en deux mois).

Lorsque Marie reçut l'honneur de devenir la mère du Messie, elle répondit, avec une véritable humilité : « Voici la servante du Seigneur ». Dans sa prière de louange, le Magnificat, elle reconnaît que Dieu « s’est penché sur son humble servante ».

Quand, à La Salette, elle parle de sa propre prière, nous la voyons s’humilier de deux différentes façons. D’abord, elle vient devant son Fils dans l'attitude d'une mendiante. Puis elle s'identifie à un peuple de pécheurs, « mon peuple », pour qui elle plaide sans cesse.

Plusieurs parmi nous prient la tête inclinée. N'est-ce pas un geste d'humilité où nous nous soumettons devant notre Seigneur et Sauveur ?

Nous ressentons parfois de la joie dans notre ministère de réconciliation, mais cela ne doit pas se transformer en arrogance ou en supériorité. Oui, nous possédons un don à partager, mais nous devons céder la place, afin que le message de la Vierge puisse rayonner clairement. Nous ne pouvons jamais nous attribuer le mérite de ce que le Seigneur peut accomplir en réponse à notre humble prière.

Traduction : P. Paul Belhumeur, M.S.

Print Friendly, PDF & Email
Sign in with Google+ Subscribe on YouTube Subscribe to RSS Upload to Flickr

Sanctuaire La Salette

Login >>> ELENCHUS

Aller au haut