Sanctuaires les plus visités

P. René Butler MS - 21e dimanche ordinaire - Le rassemblement

Le rassemblement

(21e dimanche ordinaire : Isaïe 66, 18-21 ; Hébreux 12, 5-13 ; Luc 12, 22-30)

Récemment nous avons réfléchi sure des lectures difficiles, et celles d’aujourd'hui semblent l’être pareillement. Dans la Lettre aux hébreux, il nous est dit d'accepter les difficultés comme une sorte de discipline. Dans l'évangile, Jésus nous dit d'entrer par la porte étroite.

Heureusement, cela ne dit pas tout. La discipline « produit un fruit de paix et de justice », et Jésus de conclure : « Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu ».

La première lecture reflète davantage ce point de vue optimiste. Dieu déclare : « Moi, je viens rassembler toutes les nations, de toute langue. Elles viendront et verront ma gloire ».

Cela nous fait penser à un cantique composé il y a quarante ans. Son titre était Here in this Place (En ce lieu même), mais plus ordinairement on le connaissait comme « Gather us in » (Rassemble-nous), d'une phrase répétée dans le texte. (Nous demandons pardon pour l’usage d’une source inconnue de plusieurs. Nous espérons que nos lecteurs nos de langue française, espagnole ou polonaise penserons à des hymnes dans leurs propre langue).

« Rassemble-nous, perdus, abandonnés / Rassemble-nous, aveugles, boiteux ». Nous ressentirons peut-être le poids de nos péchés, tel le fantôme de Marley dans Un chant de Noël de Charles Dickens, qui entraînait derrière lui la lourde chaîne forgée par sa cupidité égoïste.

Quand même, nous espérons être admis au grand rassemblement. Nous le voyons dans les deux lignes qui suivent : « Appelle-nous, nous nous réveillerons / Nous levant vite au son de notre nom ».

Le premier pèlerin de La Salette fut la Sainte Vierge. Elle appelle à elle deux enfants. Cela fut le début. Depuis lors, des centaines de milliers ont parcouru les sentiers de montagne ou gravi les chemins escarpées et sinueuses, afin de se tenir là où elle s’est tenue, et entendre ses paroles à l'endroit précis où elle les prononça.

Voilà donc que les paroles de la deuxième lecture prennent un nouveau ton : « Redressez les mains inertes et les genoux qui fléchissent, et rendez droits pour vos pieds les sentiers tortueux. Ainsi, celui qui boite ne se fera pas d’entorse ; bien plus, il sera guéri ».

Le premier vers de l'hymne que nous avons cité est le suivant : « En ce lieu même, lumière nouvelle ». Comment ne pas se référer à la lumière qui émanait du crucifix de la Belle Dame ? Les salettins, laïcs, missionnaires et sœurs, peuvent refléter cette lumière, et rassembler d’autres à elle.

Traduction : P. Paul Belhumeur, M.S.

Print Friendly, PDF & Email
Sign in with Google+ Subscribe on YouTube Subscribe to RSS Upload to Flickr

Sanctuaire La Salette

Login >>> ELENCHUS

Aller au haut