P. René Butler MS - 13e dimanche ordinaire - Fils de lumière

Fils de lumière

(13e dimanche ordinaire : 2 Rois 4, 8-16 ; Romains 6, 3-11 ; Matthieu 10, 37-42)

Jésus pensait-il à l'histoire d'Elisée et de la femme de Sunam lorsqu'il a dit : « Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète » ?

Il fait lui-même plusieurs promesses dans l'Évangile d'aujourd'hui, et il renforce la dernière par ces mots : « Amen, je vous le dis ». Dans le Nouveau Testament, cette expression apparaît presque quatre-vingts fois, toujours sur les lèvres de Jésus.

Le psalmiste aussi fait une promesse : « Ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge ». Pouvons-nous en affirmer autant ?

Une Belle Dame est venue à un endroit appelé la Salette parce que, en effet, la fidélité de Dieu n'était pas proclamée par son peuple. Au contraire, elle était largement oubliée. La Vierge la proclama par ses paroles, y inclus des avertissements et des promesses, et plus efficacement par le crucifix qu'elle portait.

Vous avez souvent entendu dire que le crucifix lumineux semblait être la source de la lumière au milieu de laquelle Marie est apparue et qui entourait les enfants qui se tenaient près d'elle. C'est comme si elle venait « annoncer les merveilles de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (Acclamation de l'Évangile).

Le célèbre spécialiste de la Salette, le P. Jean Stern, m.s., écrit : « Tout ce que cette Dame est, y compris sa compassion, sa bonté et sa puissance, lui vient d’ailleurs, de son Fils, de ce crucifié qui est vraiment son Fils, mais qui est d’abord Dieu né du vrai Dieu ».

Jésus est la source de lumière. Marie nous attire vers lui. Comme st Paul, elle ne veut pas que nous ignorions la parenté que nous avons avec le Christ Jésus à la suite de notre baptême.

Marchant « à la lumière de sa face », nous recevons l’intelligence qui nous permet d’interpréter notre époque, et le don de compréhension et de sagesse, afin d’agir correctement, ce qui pourrait nous être ‘accordé’ comme justice (voir Romains 4, 22).

Ou, pour reprendre les mots de la première oraison d'aujourd'hui : « Tu as voulu, Seigneur, qu'en recevant ta grâce nous devenions des fils de lumière ; ne permets pas que l'erreur nous plonge dans la nuit, mais accorde-nous d'être toujours rayonnants de ta vérité ».

Traduction : P. Paul Belhumeur, M.S.

Aller au haut