(Troisième dimanche du Carême : Exode 17, 3-7 ; Romains 5, 1-8 ; Jean 4, 5-42)
Il y a beaucoup de sources qui ruissellent dans les montagnes autour de La Salette ; une seul est appelée miraculeuse, et cela pour deux raisons. Tout d'abord, généralement elle s’asséchait durant l'été, mais depuis le 19 septembre 1846, elle n'a jamais cessé de couler. Et deuxièmement, un grand nombre de guérisons miraculeuses ont été attribuées à ses eaux.
L'évangile d'aujourd'hui comporte un puits. Sa source n'était pas considérée comme miraculeuse, et aucun miracle n'était attribué à l’eau, Mais ce fut un miracle de conversion, non seulement de la Samaritaine, mais de plusieurs autres villageois.
Dans le désert, Dieu a fait couler une source de la roche moyennant l’action de Moïse, pour répondre aux plaintes du peuple. Ils étaient allés jusqu'à demander : « Le Seigneur est-il au milieu de nous ou non ? »
La Belle Dame a parlé avec tristesse de ceux qui n'ont pas reconnu le Seigneur au milieu d'eux ; qui entremêlaient le nom de son Fils parmi leurs jurons prononcés en colère. Elle est venue nous dire que le Seigneur est vraiment au milieu de nous, c'est-à-dire parmi nous et en chacun de nous. Ses paroles reflètent ce que saint Paul écrit : « L'amour de Dieu a été versé dans nos cœurs ».
C'est ce que beaucoup de personnes ont vécu sur la Sainte Montagne de la Salette. A partir de ce que nous pouvons appeler la source miraculeuse des larmes de Marie, ainsi que par ses avertissements et ses encouragements, les pèlerins sont venus à connaître et à rencontrer l'amour illimité de Dieu, la présence de Dieu dans leur vie. On a souvent dit qu'à La Salette les miracles les plus vrais et les plus profonds ont lieu dans le confessionnal.
Une image biblique semblable à la source est celle du torrent, un ruisseau de précipitation typiquement causé par la fonte des neiges ou une tempête sévère. Quelques torrents sont si violents qu'ils emportent tout sur leur passage.
Cette image peut être utilisée dans un sens positif. Combien il est difficile de résister au torrent des larmes de la Sainte Vierge. Combien il est difficile de résister au torrent de l'amour de Dieu une fois que nous en avons pris conscience.
Le Carême est le moment idéal pour faire cette découverte, ou pour l'approfondir. C'est un rappel—dans une tonalité différente, pour ainsi dire—d'Emmanuel, Dieu-avec-nous, Dieu au milieu de nous.

Print Friendly, PDF & Email
Page 13 sur 13
Aller au haut