P. René Butler MS - 7e dimanche de Pâques - Le faire passer

Le faire passer

(7edimanche de Pâques : Actes 7, 55-60 ; Apocalypse 22, 12-20 ; Jean 17, 20-27)

La plupart des gens ne peuvent pas réciter tout le message de Notre Dame de la Salette, mais toujours ils se souviennent des premières paroles : « Avancez, mes enfants, n’ayez pas peur, » et de la fin, « Eh bien, mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple. »

Dans l’Evangile Jésus prie, « Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître. » Dans l’Apocalypse, c’est Jésus lui-même qui donne le témoignage que doivent proclamer ses disciples.

Un martyr est celui qui témoigne du Christ en donnant sa vie, tel le diacre Etienne. Il était témoin fidèle, tandis que sa condamnation à mort venait de faux témoins.

Jésus prie aussi pour que ses disciples « deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé. » Dire que des chrétiens donnent parfois un faux témoignage serait peut-être trop dur, mais on peut certainement parler d’un contre-témoignage.

La Belle Dame aborde cette réalité. Qui sont ces chrétiens, qu’elle appelle son peuple, mais qui ont si peu de respect pour le nom du Seigneur ; qui refusent d’accorder à Dieu le jour qu’il s’est réservé ; qui considère le dimanche comme tout autre jour et le Carême comme n’importe quel temps de l’année ?

Prenons garde de restreindre cette réflexion seulement aux paroles exprimées par Marie. De même que dans les Saintes Ecritures une liste n’est jamais exhaustive, de même elle aurait pu conclure cette partie de son messager par la phrase de Jésus, commentant sur l’hypocrisie des pharisiens : « Et vous faites beaucoup de choses du même genre. » (Marc 7, 13)

Il se dit communément que les gestes sont plus éloquents que les mots. On pourrait dire de même pour l’inaction. C’est ainsi que dans le rite pénitentiel de la messe on dit : « j'ai péché, en pensée, en parole, par action et par omission. »

L’intégrité tient place d’honneur en toute société. Le Psaume 118, 104 déclare, « Je hais tout chemin de mensonge. » La Salette nous appelle à un christianisme authentique. Pour faire connaître l’Evangile, il faut le vivre ; tout ce qui est faux parmi nous, ou en nous, devra être déraciné et rejeté.

Traduction : P. Paul Belhumeur, M.S.

Aller au haut